Vaour.org : informations, expression, opinion
Accueil du site > 50. En France et ailleurs > La violence conjugale

la violence

La violence conjugale

lundi 26 novembre 2007, par Fabienne GALEY

Cette fin de semaine en France...

Trocadéro pour les femmes victimes de violences augmenter la police diminuer la police imprimer

En ce moment à la une Espagne : Zapatero se lance dans la course pour un second mandat Rice va recevoir les principaux négociateurs israélien et palestinien Affaire des otages : Chavez gèle les relations avec la Colombie et l’Espagne Une minute de silence au Trocadéro pour les femmes victimes de violences Une femme de 23 ans meurt poignardée dans le RER D, un suspect hospitalisé Sophie Ramis AFP ¦ Violences conjugales : une femme meurt tous les 3 jours victime de violences conjugales

Une minute de silence en mémoire de 137 femmes victimes de violences a été observée dimanche à Paris, lors d’un rassemblement symbolique organisé par la secrétaire d’Etat à la Solidarité Valérie Létard pour la journée internationale contre les violences à l’égard des femmes.

"Au pays des Droits de l’Homme - je veux parler de la France - 137 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint" en 2006, a souligné Mme Létard, entourée d’une cinquantaine de personnes, lors d’une allocution sur le parvis des Droits de l’Homme, devant une affiche représentant les silhouettes des 137 victimes.

La secrétaire d’Etat a affirmé que "la France se bat pour devenir un pays moderne et citoyen en la matière et elle est solidaire de tous les pays combattant les violences envers les femmes".

"En Espagne et malgré la loi globale adoptée en 2005, le gouvernement de José-Luis Zapatero admettait tout récemment que la violence conjugale n’a pas diminué. Depuis le début de l’année, 70 femmes y sont mortes sous les coups de leur conjoint ou compagnon", a-t-elle ainsi observé.

Interrogée sur une loi-cadre contre les violences envers les femmes sur le modèle espagnol, souhaitée par des associations et des partis de gauche, Mme Létard a répondu : "Sans être contre une loi-cadre, aujourd’hui il nous faut déjà appliquer sur le terrain les lois existantes et coordonner les moyens et intervenants".

Son intervention a été suivie de témoignages de femmes victimes de violences ou de responsables d’associations et de centres d’accueil. Car "briser la loi du silence, c’est l’objet de cette journée", selon Mme Létard.

"Les violences conjugales poussent les femmes à quitter le domicile conjugal, le trajet est long avant de retrouver un logement", a ainsi souligné une femme accueillie par l’association Escale, lisant un texte écrit par une vingtaine de victimes.

Viviane Monnier, directrice du centre d’hébergement et de réinsertion sociale Louise Labbé, a noté que "les moyens restent très faibles comparé aux besoins de toutes les victimes".

Et Ayssatou Sissoko, directrice de l’association des Femmes africaines du Val d’Oise, a expliqué que "pour les femmes issues de l’immigration les discriminations enfoncent le clou des violences".

Samedi, plusieurs centaines de personnes (500 selon les organisateurs) s’étaient rassemblées près de la place Vendôme à Paris, à proximité du ministère de la Justice, pour demander une loi-cadre contre les violences faites aux femmes.

Sophie Ramis AFP ¦ Violences conjugales : une femme meurt tous les 3 jours victime de violences conjugales

© 2007 AFP

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0