Vaour.org : informations, expression, opinion

O.G.M.

mardi 1er avril 2008, par Gérard LANOYE

La polémique actuelle est relancée sur les O.G.M. avec la discussion sur le projet de loi qui vise à autoriser la culture expérimentale des O.G.M. en compensant cette expérimentation par une « transparence » plus grande assortie de peines aggravées pour les faucheurs.

Depuis le temps, personne n’est venu dire suffisamment fort qu’il y a juste un problème de vocabulaire. La distinction est à faire entre O.G.M. ou organisme génétiquement modifié, terme qui devrait être réservé aux micro-organisme génétiquement modifiés qui peuvent être cultivés dans des espaces confinés [1], et V.G.M. ou végétaux génétiquement modifiés.

Autant les premiers peuvent apporter des bienfaits prouvés, autant il n’est pas possible de préserver la nature contre la dissémination de gènes de « V.G.M. » cultivés en plein air.

Il n’y a bien sûr pas besoin de V.G.M. pour faire des catastrophes écologiques, l’être humain sait les faire avec des végétaux normaux. Je me souviens d’un article sur une algue qui colonise les fonds aux environs de Monaco, et il y a d’autres exemples. Mais ce n’est pas une raison pour augmenter le risque de catastrophes écologiques.

Ces questions de vocabulaire peuvent souvent perturber le raisonnement. Par exemple, les psychologues français sont les seuls [2] à considérer que les hommes ont un inconscient. Cela viendrait, selon Boris Cyrulnik, d’une traduction imprécise en inconscient d’une périphrase de Freud qui veut dire à l’insu du conscient.

Et l’existence de l’insu du conscient, chacun peut en faire l’expérience : posez une question à votre interlocuteur, vous le voyez perplexe, incapable de vous répondre dans l’instant. Patientez, poursuivez votre conversation, et souvent la réponse arrivera toute seule au bout de quelques minutes.

Pour en revenir aux « O.G.M. », ceux qui luttent contre le maïs transgénique auraient intérêt à promouvoir cette modification sémantique, à moins qu’ils ne préfèrent apparaître opposés au progrès.

Notes

[1] ou utiliser une terminologie encore plus précise comme micro-organismes génétiquement modifiés

[2] ou presque, ma culture ne me permet pas de vous garantir qu’ils sont vraiment les seuls

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0