Vaour.org : informations, expression, opinion
Accueil du site > 80. Quatrième de couverture > G. MORDILLAT : NOTRE PART DES TÉNÈBRES

G. MORDILLAT : NOTRE PART DES TÉNÈBRES

lundi 2 juin 2008, par Gérard LE GOT

"MONDIAL LASER" une entreprise Française de haute technologie leader dans son secteur se trouve brutalement lâchée par sa direction, les banques et, devenue la proie de fonds spéculatifs Américains, est vendue à un affairiste Indien. Plusieurs centaines de cadres et ouvriers se retrouvent ainsi livrés au chômage et au désespoir. N’ayant plus rien à perdre ils vont, sous l’impulsion de GARY, s’emparer d’un bateau de luxe sur lequel, la nuit du 31 décembre, les heureux bénéficiaires de cette braderie industrielle festoient pour arroser leurs bénéfices...

Extraits :" Mondial Laser était occupée depuis près de trois mois. Les employés, les cadres et les ouvriers de l’entreprise résistaient. Ils voulaient ignorer la décision du tribunal de commerce qui ordonnait la cessation définitive de l’activité. Ils tenaient bon, malgré les pressions des avocats des nouveaux propriétaires, celles des juges, celles de certains parlementaires, comme le sénateur Jeanvrain, qui déclarait au Figaro : il serait temps de faire respecter les décisions de justice, par la force si nécessaire..."

..." Je sais, c’est ridicule de dire ça, grandiloquent, vous me l’avez déjà fait remarquer. Mais comment le dire ? L’argent tue. Le capitalisme tue ! Le libéralisme tue ! Il n’y a pas d’autre mot. Il tue ! On parle toujours des crimes du nazisme, du stalinisme, du maoïsme, mais jamais des crimes du capitalisme. Pourtant, le capitalisme n’a rien à envier aux autres. Il a pour lui l’ancienneté. Je serais même prêt à parier que, si l’on faisait le compte des victimes, il gagnerait largement sur ses copains en -isme. Mais pas question d’associer capitalisme et crime ! Ça ne se fait pas, ça fait désordre. Le capitalisme, c’est la démocratie, la concurrence libre et non faussée, la justice et tout le baratin qu’on peut entendre là-dessus. Mais pour moi le capitalisme c’est le crime et la peur ou, si vous préférez, de façon plus moderne, plus contemporaine, la mafia et les sectes..."

G. MORDILLAT, écrivain et cinéaste, est notamment l’auteur de " Les Vivants et les Morts" "L’attraction universelle" "Vichy-Menthe" etc... et a réalisé "Vive la Sociale"

Le présent roman est une pure fiction...peut-être prémonitoire ! (Calmann-Lévy éditeur)

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0