Vaour.org : informations, expression, opinion
Accueil du site > 30. Vaour et alentours > DU VENT ET DES COURANTS D’AIR

DU VENT ET DES COURANTS D’AIR

mardi 2 septembre 2008, par Gérard LE GOT

Chacun a pu prendre connaissance de l’excellente étude publiée en juillet 2008 "Éoliennes : Nouveau Souffle ou Vent de Folie" par l’Institut Montaigne, club d’obédience résolument libérale.

Il y est rappelé que "... la France s’est lancée dans un développement massif de l’éolien dans le but d’atteindre près de 10% de sa consommation nationale d’électricité à l’horizon 2020. Pour cela, la puissance publique a multiplié les aides et les garanties à destination de ce secteur. Cette étude montre qu’un développement de l’éolien de cette ampleur ne répond pas à un besoin en France et qu’il induirait des surcoûts pour la collectivité pouvant dépasser 2,5 milliards d’euros par an à l’horizon 2020..."

C’est à dire environ 100€ par AN et par FOYER !

Par ailleurs, on a vu que le Conseil d’État a annulé l’arrêté ministèriel du 10/07/06 fixant le tarif de rachat de l’énergie éolienne par EDF : pour vice de forme, ce qui en dit long sur l’opacité dans laquelle a été fixé le fameux tarif d’achat garanti... On ne peut pas dire que les projets éoliens baignent dans la transparence et la concertation, à QUELQUE NIVEAU QUE CE SOIT. Voilà un beau résultat obtenu par l’association "Vent du Bocage" à la suite d’une action pertinente, efficace et légitimement couronnée de succès, même si tout reste à faire puisque le ministère a décidé de repasser le plat. On est loin, loin, des apparitons oiseuse du quarteron de mariolles grimés/masqués pendant le festival de l’Été de Vaour ; ce genre de folklore est contre-productif en ce qu’il dessert la cause qu’il croit défendre, provoque les réactions inverses à celles recherchées et nuit à une manifestation dans lequel il n’a pas sa place.

Cela étant dit, on peut s’interroger sur le sens des propos tenus par le président de la communauté de communes lors de la réunion du 25 août dernier (cf compte-rendu). Dans un style amphigourique et à la lisière du vindicatf, il pointe du doigt la direction de l’É. de V. qui aurait été incapable d’empêcher ce charivari, certes inopportun et irresponsable, mais finalement sans plus de conséquences qu’un chahut anodin. Qui sait lire entre les lignes découvre (?) qu’une association bénéficiant de subventions doit se "tenir à carreau" et ne tolérer aucun écart de conduite, sinon...En fait, ce qui courrouce Mr le président, ce n’est pas qu’il ait y eu "manifestation" (il y en a eu d’autres au cours de festivals passés, et autrement graves), c’est qu’elle ait pris pour cible le projet éolien dont les tenants voudraient que l’on n’en parlât point afin de l’avaler en dormant, si possible.

D’autres exemples laissent à penser qu’il ne fait pas bon, dans nos contrées reculées, être hostile à ce projet calamiteux sous peine d’être fustigé comme peigne-cul immature ou primate inconséquent, les seuls pro-éoliens étant réputés avoir raison par destination.

Bref, tout ceci commence à sentir la chasse aux sorcières et le mac-carthysme de chef lieu de canton.

Sur ce, messieurs les censeurs de tout poil, bonsoir quand même.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0