Vaour.org : informations, expression, opinion
Accueil du site > 30. Vaour et alentours > LES PIGEONS ... et autres malfaisants

LES PIGEONS ... et autres malfaisants

mercredi 31 décembre 2008, par Gérard LE GOT

" Tous ces pigeons, qui d’abord amusent, finissent par ennuyer. Ils ne sauraient tenir en place et les voyages ne les forment point.

Ils restent toute leur vie un peu niais. Ils s’obstinent à croire qu’on fait les enfants par le bec.

Et c’est insupportable à la longue, cette manie héréditaire d’avoir toujours dans la gorge quelque chose qui ne passe pas. " (J. RENARD, Histoires Naturelles)

Il y a gros à parier que le prochain compte rendu municipal nous entretiendra à nouveau des gravissimes préoccupations qui agitent nos élus et les entraînent dans de passionnants quoiqu’un peu longs débats.

Il s’agit, on l’aura compris, de l’envahissement de notre coquette bourgade par des espèces jadis bien tolérées mais devenues exagérément proliférantes : chiens, chats, pigeons...

Essayons de garder notre sang-froid et de trouver une issue raisonnable à cet épineux problème de société avant d’utiliser gaz, explosifs et autres moyens modernes d’extermination, efficaces certes, mais aux conséquences parfois excessives.

Un exemple : On sait que notre bureau de poste est menacé, voire condamné à terme ; or c’est là que nichent les volatiles abhorrés (le trottoir en fait foi...). Pourquoi la commune ne s’attacherait-elle pas les services d’un colombophile expérimenté, retraité de préférence pour limiter les frais, qui pourrait dresser ces petites bêtes au port du courrier ? Cela s’est déjà fait, et nous aurions ainsi un service postal régulier, peu coûteux, économe en énergie et exempt de grèves.

D’autre part, la mairie offre de pourvoir gracieusement à la fourniture de grain empoisonné afin d’éradiquer les rats ; fort bien, mais il faudrait choisir le raticide avec discernement : il existe forcément sur le marché un produit à action retardée, suffisamment appétent pour attiser la gourmandise des rats et d’un effet foudroyant pour les chats qui les bouffent. Coup double : plus de rats, plus de chats.

L’affaire des chiens errants est un peu plus délicate. Mais une concertation sérieuse entre notre brigade de gendarmerie et le corps des sapeurs-pompiers devrait permettre la création d’une brigade cynophile de qualité. Une fois capturés, nos destructeurs de poulaillers seraient éduqués au sauvetage des citoyens en danger ou à la recherche des personnes disparues. L’on comprend immédiatement que nos clébards Vaourais seraient demandés dans le monde entier : lors des catastrophes naturelles, employés à renifler les bagages ou à traquer les herboristes illicites. Il en résulterait à n’en pas douter pour notre commune des royalties considérables, bien supérieures à ce qu’il serait permis d’espérer de la construction de ces grands machins à hélices dont on veut nous doter.

On voit qu’à tous ces problèmes existent des solutions simples, naturelles et , comment dit-on déjà ? alternatives, c’est ça, alternatives...

les débats du conseil ne seraient pas taris pour autant. Déjà, les taupes refont surface, mulots et campagnols continuent de sévir ; bientôt, mouches, guêpes et moustiques vont réapparaître...et les lapins ravageurs de potagers, et les merles pilleurs de cerisiers. De quoi nourrir d’intenses séances nocturnes où nos édiles pourront débattre gravement des vrais problèmens qui minent le moral de la population !

Attention tout de même à ne pas sombrer dans une colombophobie exacerbée : ne sommes nous pas tous le pigeon de quelqu’un ?

Sur ce, bonne et heureuse année à tous les visiteurs de Vaour.org...

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0