Vaour.org : informations, expression, opinion
Accueil du site > 30. Vaour et alentours > 20. Éoliennes > 10. Les éoliennes et moi...

10. Les éoliennes et moi...

dimanche 8 avril 2007, par Gérard LE GOT

A priori je ne devrais pas me soucier de cette affaire, mon âge m’autorisant à penser que je ne les verrai pas, ou si peu de temps ! Il me paraît en outre superflu de participer au débat technico-scientifico-écolo qui n’est qu’une hypocrisie puisque les seuls critères qui poussent à la réalisation du projet sont d’ordre financier :

- évidents pour le lobby éolien
- avoués ou non pour les communes qui en attendent une manne réelle ou hypothétique

La conviction qui repose sur une seule logique de tiroir caisse abolit et balaie toute réflexion philosophique, réticence politique,vision des conséquences à long terme et débats de fond. si je pense que l’on peut vendre n’importe quoi à n’importe qui, je suis prêt à céder mon pantalon, mon album de famille ou mon poisson rouge pour peu que l’on m’en donne assez...

Sauf qu’en l’occurrence il ne s’agit pas de brader ses biens personnels mais un espace qui appartient à tout le monde, c’est à dire à personne. Peut on admettre sur le plan moral qu’une poignée de personnes délibérant en cabinet fermé puisse disposer de notre espace au sens le plus...HAUT du terme ?

Un propriétaire peut faire ce qu’il veut sur son lopin...sous réserve de ne pas y monter une cabane de jardin, de ne pas choisir la couleur de ses volets, de ne pas ouvrir de fenêtre sur le fonds voisin, de planter ses arbres à telle distance de la mitoyenneté etc...Pour peu que vous soyez dans le périmètre supposé de la commanderie, votre liberté est réduite à rien en vertu de diktats esthétiques contradictoires et fluctuants au seul gré de princes détenteurs exclusifs du « bon goût ». Pourtant, il ne s’agit pas là de planter des saules pleureurs mais d’édifier des horreurs qui vont dénaturer et polluer le paysage à 100m de haut en obérant la valeur des patrimoines à des lieues à l’entour.

Une nature enviée et jusqu’ici relativement préservée sera allègrement et définitivement défigurée pour 30 deniers ; car ne nous y trompons pas : une fois construites, ces immenses verrues seront là pour toujours, rentables ou non, que leurs promoteurs aient disparu ou non ; on sait quel crédit accorder aux garanties qui seront données : l’exemple de l’aérotrain est là pour nous rappeler que le respect des sites n’est pas la préoccupation majeure des marchands : il n’a jamais fonctionné mais depuis 50 ans ses superstructures en béton altèrent encore la plaine du Gâtinais.

Mesdames et messieurs les élus de proximité, réfléchissez encore et déterminez vous : on peut être favorable aux éoliennes et faire preuve de discernement quant à leur implantation ; cela dit, ne nourrissons aucune illusion : ce projet, présenté de façon tendancieuse et univoque nous sera imposé à la hussarde. Dès lors que tintent les sous, réflexion et réticences n’ont plus cours.

Les élections locales approchent et nous aurons nous aussi à faire des choix : bien maigre consolation.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0