Vaour.org : informations, expression, opinion
Accueil du site > 30. Vaour et alentours > L’apéritif du 20 mars 2007

L’apéritif du 20 mars 2007

dimanche 8 avril 2007, par Gérard LANOYE

Un petit compte-rendu de l’apéritif du 20 mars 2007 offert par Jacques Valax et Monique Caste. Je sais, ça commence à dater, mais je suis à peine en retard que la Dépêche du Midi qui en a parlé dans son édition du 6 avril.

Jacques Valax a fait le tour des élus et conseils municipaux du canton dans la journée du 20 mars. Il s’agissait bien sûr d’une tournée électorale, dans le cadre de l’élection législative et de l’élection présidentielle qui la précède.

Il a terminé sa tournée par une rencontre avec le conseil municipalde Vaour, suivi d’un apéritif auquel tout le monde était convié. Mais la grande majorité de l’assistance était composée de conseillers municipaux de communes du canton. Il y avait bien quelques simples électeurs, mais pas beaucoup.

A cette occasion, Jacques Valax a prononcé une brève allocution (nous étions surtout venu pour l’apéritif).

Il a de l’importance à ses yeux d’un secteur rural vivant, et de l’importance qu’avait le maintien des services publics et en particulier de la Poste. Il y aura fort à faire, face au dogmatisme libéral [1] de l’Europe, en particulier de la Commission Européenne souvent suivie par le Parlement Européen, ce lien peut vous permettre de vous en faire une idée. Elle prévoit une ouverture totale à la concurrence avant le premier janvier 2009, ce qu’elle appelle libéralisation du marché. Cela va concerner les plis d’un poids inférieur à 50 grammes qui échappent actuellement à cette libéralisation. Nous pouvons en voir les effets aujourd’hui : des entreprises de notre milieu rural avait leur courrier pris par le facteur gratuitement, maintenant la Poste leur demande de signer un contrat pour qu’elles paient « la prestation de collecte du courrier à domicile » ... « dans le respect du droit de la concurrence ».

Il a également promis une aide aux petites entreprises. C’est vrai que ce sont celles que l’on trouve en milieu rural, les entreprises moyennes en sont absentes. Je propose que la première aide soit la simplification des formalités administratives, cela vaut plus que toutes les aides financières, surtout pour une petite entreprise.

Il promet également la suppression du cumul des mandats. Si cette promesse déjà cent fois faite pouvait être tenue !. Si ça ne tenait qu’à lui, il serait même partisan de limiter le nombre de mandats pour une même fonction élective. Cela paraît sensé, nous n’aurions plus de politiciens professionnels, et nous aurions des élus plus jeunes. Mais combien d’années allons nous devoir attendre ?

Il nous a dit qu’il pensait que le temps était venu que la France ait une femme comme Présidente. Et qu’il apprécie que la candidate insiste sur l’éducatif, et sur la sécurité dans une approche nouvelle pour le Parti Socialiste.

Puis il a donné la parole à Monique Caste. Elle a surtout évoqué la nécessaire présence des agriculteurs dans le milieu rural.

L’apéritif a suivi, avec les discussions habituelles dans ces circonstances.

Notes

[1] Je parle de dogmatisme parce que la politique suivi est l’ouverture à la concurrence, c’est-à-dire aux entreprises privées, qui est le meilleur système selon les théoriciens de l’économie libérale. Mais aucun n’a pu prouver que c’était vrai dans toutes les situations. L’expérience récente est là pour prouver le contraire. Je pourrais parler des chemins de fer anglais. Je vais parler de la libéralisation des renseignements téléphoniques : elles nous ont permis de subir des publicités qui me semblaient faire un concours de débilité, pour aboutir à une diminution de l’utilisation des renseignements téléphoniques. Mais ces expériences ne feront pas changer ces dogmatiques, ou plutôt ces intégristes du libéralisme.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0