Vaour.org : informations, expression, opinion
Accueil du site > 30. Vaour et alentours > 20. Éoliennes > Vaour, nostalgie, progrès et énergie éolienne

Vaour, nostalgie, progrès et énergie éolienne

dimanche 15 avril 2007, par Franck RIGOLLE

Vaour sera toujours, pour moi, associé à l’adolescence : l’âge de la construction de soi, du devenir, des envies, des désirs, des idées. Un Vaour où il faisait toujours chaud, où les adultes faisaient des siestes à rallonge pendant que nous usions nos baskets sur les chemins.

Je me souviens d’un restaurant, un nid d’écolos, perdu dans la campagne, avec des bâtiments de bric et de broc, avec je crois ou est-ce un rêve des anciens wagons oubliés, avec une terrasse solarium où les femmes bronzaient nues... un éblouissement pour un adolescent de 14 ans dont la mémoire enregistre tout.

Il me semble qu’une éolienne n’aurait pas fait "tâche" à cet endroit mais aussi à d’autres ; mais des éoliennes de proximité, des éoliennes pour les habitants ; des éoliennes avec un lien direct entre production et consommation.

Dans cette période électorale où tout va à 100 à l’heure, où les sourires et les signatures autour des idées soutenues par Nicolas Hulot naissent et disparaissent à "grande vitesse", j’espère que notre mode de vie actuel basé sur une énergie "peu chère" va changer. Mais quelle énergie pour quel projet ?

Si l’avenir, c’est le gazoil vert, j’ai peur pour nos nappes phréatiques et nos sols car je doute que l’agriculture aujourd’hui raisonnée mais paupérisée et subventionnée résiste aux sirènes des pétrodollars et qu’ainsi, la ligne jaune qui est plus ou moins respectée dans l’utilisation du couple engrais, pesticides soit allègrement franchie lorsque nos campagnes ne produiront plus pour remplir nos assiettes mais nos réservoirs !

Alors OUI, je crois à l’énergie éolienne mais ma préférence va vers des éoliennes de proximité, à la parcelle plutôt que vers des monstres de technologie de 120m.

Mais revenons à Vaour, des éoliennes à Vaour, est-ce possible, est-ce acceptable ?

Qu’un village comme Vaour où le vivre "autrement" a souvent été recherché soit confronté aujourd’hui à l’énergie "autrement", quelle aventure !

Je pense qu’elle pourrait être tentée mais sur la base d’un choix volontaire, d’un choix qui correspond à un mode de vie pas à une simple recherche d’équilibre financier du budget communal, coincé, entre la taxe foncière et les subventions du Conseil Général. Alors oui, regardons le projet, discutons, évaluons les impacts, construisons éventuellement et peut-être, dans 15 ans, si on arrive à changer de mode de vie, à ne plus voyager en Tunisie pour 100€ ou acheter un pull à 5€, si on arrive à réduire cette consommation frénétique et énergivore, on pourra les démonter ces éoliennes, c’est aussi ça une énergie durable...

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0