Vaour.org : informations, expression, opinion
Accueil du site > 50. En France et ailleurs > Carte bancaire et communication gouvernementale

Carte bancaire et communication gouvernementale

jeudi 5 juillet 2007, par Gérard LANOYE

L’histoire commence par un article du Canard Enchaîné du 27 juin 2007 qui relate l’utilisation à deux reprises, par Cécilia Sarkozy d’une carte bancaire du Trésor Public pour des déjeuners de travail [1]. Innovation, sans base juridique, semble t’il.

Pas de réaction de Nicolas Sarkozy, pourtant si rapide à défendre Guy Roux. C’est le Premier Ministre qui s’y colle hier 4 juillet. Nous savons enfin à quoi sert le Premier Ministre.

Au fil de la journée, j’ai entendu à la radio que le Premier Ministre répondait en disant que la carte bancaire n’avait pas été utilisée pour des besoins personnels [2]. Puis, vers la fin de la matinée, que Cécilia Sarkozy avit utilisé la carte bancaire à deux reprises pour des repas d’affaires [3].

Remercions ici François Fillon d’éviter aux citoyens français de faire l’amalgame entre besoins personnels et affaires, fussent elles personnelles.

Je suis convaincu que les Français l’ont compris. Ils ont parfaitement compris, au moins pour 65% d’entre eux, qu’il ne fallait pas faire l’amalgame entre une croisière sur un yatch privé offert au Président de la République fraîchement élu et un cadeau intéressé.

Un peu plus tard dans la journée, la radio m’informe que Cécilia Sarkozy avait rendu la carte bancaire incriminée.

J’imagine la perplexité de Nicolas Sarkozy : faut il une réforme de la Constitution qui donne à l’épouse du Président de la République un statut qui lui permette de profiter sans entrave des fastes que permet la libre disposition de fonds publics ?

D’avance tous mes encouragements à René Dosière qui va pouvoir poursuivre son œuvre salutaire [4]

Notes

[1] selon le cabinet de Cécilia Sarkozy (qui n’a pas de cabinet, bien sûr)

[2] La Dépêche du Midi de ce jour cite "Personne à l’ÉLysée n’utilise de carte de crédit pour des besoins personnels"

[3] de travail devenu d’affaires

[4] L’argent caché de l’Elysée, par René Dosière - Seuil, janvier 2007. René Dosière, député, a enquêté sur le budget de l’Élysée sous la présidence de Jacques Chirac. Il n’a pas reçu l’investiture du Parti Socialiste. Les électeurs de l’Aisne, dans leur sagesse, ont préféré reconduire un député qui a fait son travail de préférence au candidat officiel du P.S.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0