Vaour.org : informations, expression, opinion

Accueil > Vaour et alentours > Rien ne nous rend si grands qu’une grande douleur

Rien ne nous rend si grands qu’une grande douleur

Mais, pour en être atteint, ne crois pas, ô poète

vendredi 9 avril 2010, par Gérard LE GOT

Les temps sont révolus où de nouveaux titres de journaux apparaissaient régulièrement et si la presse française n’est pas tout à fait moribonde elle est pour le moins en survie (contrairement à d’autres pays)

Foin de gazettes, vive le web (? ) où l’information se répand en temps réel sans y gagner en qualité ni en discernement, et sans doute au détriment de la réflexion. Mais la floraison de sites, blogs et autre lieux d’épanchement permet néanmoins l’explosion d’opinions diverses voire divergentes et leur confrontation. Ils sont aussi souvent des lieux d’expression locaux et d’information microcosmiques.

Saluons donc la naissance d’un nouveau site dans notre localité prônant "... les échanges entre habitants..."

A première vue, on aurait plutôt l’impression que les inspiratrices de ce site aient pour but essentiel, sinon exclusif, d’exhaler une rancœur irrépressible à l’encontre de l’équipe municipale et plus particulièrement de son maire.

La charge se fait au boulet et à la mitraille, plutôt qu’au fleuret moucheté, mais comment ne pas être ému par ces cris de douleur et de détresse qui sourdent de Magné, quart-monde de Vaour, hameau abandonné des dieux et des élus.

Nous ne pouvons qu’exhorter nos suaves consœurs, sinon à la résignation, du moins à la patience : nous ne doutons pas qu’en 2014 elles seront triomphalement élues et portées aux affaires municipales où elles feront preuve de leur talent, tout en sagacité, en capacité de gestion et nimbé du charisme et de l’aménité que sous-tendent leurs propos.

C’est ainsi qu’en cas de neige, par exemple, tous les écarts seront promptement dégagés, de Lastouze à Serène, de La Peyre à Caqioul, par la quinzaine d’employés municipaux recrutés et dotés de matériels spécifiques grâce à la la découverte d’un trésor communal jusqu’alors insoupçonné. Mais en ces temps bénis il n’y aura plus de neige puisque des élus avisés la détourneront vers des populations moins vulnérables.

Bien sûr, nous veillerons à encourager ces efforts méritoires tout en saupoudrant nos louanges d’un peu de poil à gratter.
Ou de poudre à éternuer, parfois plus efficace que la poudre à canon...